samedi 19 décembre 2015

[#7] Décembre 2015

The only reason you say that race was not an issue is because you wish it was not. We all wish it was not. But it's a lie.  I came from a country where race was not an issue ; I did not think of myself as black and I only become black when I came to America. When you are black in America and you fall in love with a white person, race doesn't matter when you're alone together because it's just you and your love. But the minute you step outside, race matters. But we don't talk about it. We don't even tell our white partners the small things that piss us off and the things we wish they understood better, because we're worried they will say we're overreacting, or we're being too sensitive.
 (p.291) 


En début du mois, j'ai fini Americanah de Chimamanda Ngozie Adichie qui reposait sur ma PAL depuis un petit moment et dont j'en avais entendu beaucoup de bien sur divers blogs et chaînes Youtube. Comme à mon habitude, j'éprouve des difficultés à parler d'un livre qui m'a retournée. 

Le roman retrace l'histoire d'Ifemulu, jeune nigérienne qui part s'installer aux Etats-Unis. Elle quitte le grand amour de sa vie, un peu par envie, un peu par hasard, un peu parce qu'elle y est obligée pour partir s'installer à New York puis dans l'Etat du New Haven. 
L'histoire d'amour n'est qu'un fil rouge qui permet à l'auteure de brasser une multitude de thèmes tous aussi contemporains les uns que les autres : l'immigration, le choc culturel, le racisme (puisque la jeune femme prend conscience de sa couleur de peau en arrivant aux Etats Unis et de la différence qui la sépare des "blancs"), les différences entre le monde oriental et occidental ou encore le sexisme.